Cancer de l'ovaire Canada est à la recherche de bénévoles ! Pourriez-vous nous aider ?

OVdialogue - envisagez de vous joindre à notre équipe en tant que bénévole pour le soutien par les pairs. Quelques heures par semaine, vous ferez partie d'une équipe qui aide à mettre les gens en contact, à soutenir les discussions et à être des porte-paroles pour OVdialogue. C'est l'occasion pour vous de rendre la pareille à celles qui vous ont soutenu ou continuent de vous soutenir dans les moments difficiles, de partager vos expériences uniques et de contribuer à célébrer vos réussites. Pour plus de détails, veuillez contacter @Fancy ou @ebono ([email protected])
Avis aux utilisateurs et utilisatrices de la plateforme : OVdialogue fait face à des enjeux techniques, et c’est la raison pour laquelle vous ne recevez plus de notifications dans vos boîtes courriels.

Sachez que nous travaillons d’arrache-pied pour corriger la situation, et que nous sommes en communication constante avec l’équipe derrière le logiciel.

D’ici à ce que la situation soit rétablie, vous êtes invités.es à visiter la plateforme de façon ponctuelle afin de prendre connaissance des nouveautés.

Surveillez aussi de près vos courriels indésirables : des notifications pourraient s’y trouver.

Merci de votre patience! L’équipe d’OVdialogue

Des arcs-en-ciels, des licornes et de la barbe à papa SVP

Fancy
août 2020 modifié dans Soutien et encouragements

Le titre de ma discussion vous étonne peut-être, mais c’est ce que j’ai répété 1000 x à mes amies pendant mes traitements. Qu’au final, c’est ce qui m’attendait : des arcs-en-ciels 🌈, des licornes 🦄, et de la barbe à papa 🍡! Qu’au terme de ma chimiothérapie, je serais récompensée.


Je pense qu’ultimement, je m’accrochais à de meilleurs lendemains, et pour y arriver, j’ai élargi mes horizons.


Faut avoir vécu une épreuve comme le cancer pour comprendre, et c’est la raison pour laquelle je partage. Lorsqu’on fait face à pareille épreuve, on est prêtes à tout pour retrouver ce semblant de normalité. Je dis semblant parce qu’il y a un AVANT et un APRÈS cancer, et qu’à jamais, cette expérience sera forgée en moi. J’ai hâte au jour même où je n’aurai plus à y penser, et je sais que ce jour viendra.


Pour revenir aux licornes et à tout le reste, je me suis accrochée comme j’ai pu.


Je me suis collée à des survivantes de longue date, espérant peut-être trouver chez elles leur recette secrète, sinon la sagesse de celles qui ont fait un bon bout de chemin avec la maladie. Je pense à ma tante Pauline, elle aussi porteuse de la mutation génétique BRCA1, et fière survivante du cancer de l’ovaire depuis plus de 6 ans. YE!


J’ai lu. BEAUCOUP LU. Surtout des histoires de rémission ou de guérison, aussi rassurantes que prometteuses.


J’ai aussi fait le choix de rencontrer une naturopathe, qui m’a appris beaucoup de choses sur l’alimentation. Je la vois toujours d’ailleurs, presque 3 ans après mon diagnostic. 

J’ai visualisé ma rémission, presque chaque jour, convaincue qu’à force de répéter des images mentales positives, je récolterais ce que j’ai semé.

J’ai inscrit sur mon miroir de la salle de bain, et en lettres majuscules SVP, le mot STRONG avec un beau rouge à lèvres bien gras. 😆 Pour que dans mes creux de vague, la glace me rappelle que j’étais FORTE-FORTE-FORTE!

Et puis j’ai pratiqué presque frénétiquement mon sport préféré, la marche rapide, où j’évacuais ce trop plein d’émotions et de stress.

J’ai aussi imaginé mon prochain voyage, un séjour à Chicago, que je rêvais de visiter une fois la chimio complétée. Et puis j’y suis allée, au grand désarroi de maman qui s’inquiétait que sa fille voyage seule À CHICAGO!!

Puis je suis allée consulter une voyante, une acupunctrice, une hypnothérapeute et un maître Reikhi

La vérité est que chacune de ses consultations m’a aidée dans mon parcours, et qu’à travers chacune d’elles, j’en retirais quelque chose.

Évidemment, j’ai aussi beaucoup pensé à mes enfants, et à la graduation de ma fille par exemple, qui allait avoir besoin de moi pour préparer le cocktail d’avant-bal ici.

Avec le recul, je ne regrette rien. Je suis même très fière du chemin parcouru.

Je ne sais pas comment et de quelle façon vous avez fait face à la tempête, et sérieux, c’est pas facile, mais peut-être qu’en partageant ici ce que j’ai fait, je donnerai une idée ou 2 à mes sœurs de combat.

Amitiés sincères!

Fancy


Réponses

  • Elise54
    Elise54 Championnes Communaute

    Ohhhh @Fancy, tu est très inspirante dans tous les outils que tu as utilisé pour faire face au cancer !!

    C’est vrai que ça donne de belles idées 👌

    Moi aussi j’ai beaucoup lu, mais surtout sur le cancer de l’ovaire. De bien le cerner me donnait l’impression d’être mieux armée et de le relativiser, de lui donner moins d’importance.

    Bizarrement, on dirait que ça a augmenté ma confiance et mon focus sur les capacités de mon corps à être le plus fort. Comme si j’alimentais la bonne énergie de mes capacités corporelles, plutôt que dépenser de l’énergie à «abattre l’ennemi».

    (Ouf, c’est dur à expliquer, c’est tellement un état d’esprit 🤪)

    Le plus beau là dedans, c’est de voir comment chacune de nous a des ressources en elle pour lui permettre de faire face à la tempête, selon notre personnalité. C’est très inspirant de se partager ces ressources.

    Et y’a pas à dire, on a tous en commun d’être des femmes fortes 💪

    Bonne semaine à vous toutes !!

    Elise

  • Je vais aller un peu à contre-courant...

     À la différence de vous deux, je n'ai pas voulu trop en savoir en lisant spécifiquement sur le cancer de l'ovaire... J'avais toujours peur d'y trouver des statistiques ou des possibilités qui auraient plutôt augmenté mes appréhensions et/ou mes inquiétudes. Je me trompais certainement, du moins en partie. J'avais peut-être été échaudée en tombant sur des pamphlets de sensibilisation officiels à la cause qui m'ont "choquée" , car je n'y lisais pas ce que j'aurais voulu y voir à l'époque...

     Je crois honnêtement que les livres de soutien de COC et cette plate-forme sont bien différents! Je les ai lu, par la suite, tout comme j'ai joint OVDialogue éventuellement ;) 

    J'en parlais ouvertement par contre, avec mes proches, mes collègues, mes amis... D'autres préfèreront ne pas en parler autrement que dans l'intimité, mais pour moi mettre des mots sur ce que je traversais, verbaliser mes émotions et mes états d'âme, cela m'aidait à rester dans le moment présent, à m'en tenir qu'aux faits, à évacuer le trop plein, à célébrer mes bonnes nouvelles... " les mots apaisent les maux, une peine partagée et une demi-peine, une joie partagée est une double joie" cela trouvait écho en moi. Si je ne voulais pas parler, j'écrivais, souvent pour moi, pour m'aérer l'esprit.

    Les bons soins de psychothérapie m'ont grandement aidée aussi, à différentes fréquence selon mes besoins.

    En autant que l'on trouve la formule qui nous convient, en tout respect de soi-même.

    Bonne idée que cette discussion @Fancy. De tout, pour toutes. Hâte de lire les trucs et astuces d'autres soeurs turquoise :)